L’habitat inclusif constitue un lieu de vie dont la finalité est la qualité de vie de chaque résident tout au long du séjour, et ce quelles que soient ses difficultés : perte de dépendance physique, sensorielle, cognitive, perte d’initiatives, difficultés d’expression. Il n’est pas un lieu de vie médicalisé. Les résidents présentent des profils diversifiés : différents degrés de perte d’autonomie et de dépendance, différentes pathologies, différences socio-économiques et culturelles, ou simple isolement social. Autant de caractéristiques qui renvoient à des attentes et des besoins distincts ainsi qu’à des manières d’habiter l’espace et de cohabiter avec les autres.